…The New

Year’s Eve…

 

Traditionnellement chez nous, alors que Noël est plutôt fêté en famille, le jour de l’an est l’oc­casion de réveillonner entre amis. La maison est décorée avec du gui et à minuit, tout le monde s’embrasse. La phrase idoine est prononcée (psal­modiée?) promesse d’une année heu­reuse. Mais qu’en est-il chez nos voi­sines jumelées ?

En Allemagne « Sylvester » est l’occasion d’une grande fête. A l’instant ultime, on souhaite un « Guten Rustsch ins neue Jahr » : une bonne glissade vers la nou­velle année ! On assiste alors à une ex­plosion généralisée de feux d’artifice et de pétards.

En Angleterre aussi « New Year’s Eve », la veille est fêtée et arrosée à la maison, ou au pub, et le Happy New Year retentit à l’instant T.

En Ecosse, la tradition du «First Footer» perdure : la première personne, le first footer, qui passera le seuil de la porte dé­terminera la chance apportée au foyer.

En Martinique, on se réunit pour passer la nouvelle année le plat traditionnel est un coq accompagné de haricots et de riz. La maison est nettoyée de fond en comble, il faut que tout soit nouveau. Les premières mandarines sont échangées. A minuit on prend le « Bain Démarré » en mer ou en rivière, un rituel pour s’attirer les bonnes grâces du destin.

Au Portugal on se réunit autour d’un co­pieux repas festif. A l’heure dite, on mange douze raisins secs au son des douze coups de minuit. Certains montent sur une chaise en gage d’accession à un meilleur statut durant l’année ou gardent une pièce de monnaie dans la main pour attirer la prospérité.

Pour achever cette ronde, il ne me reste qu’à vous souhaiter, un peu en avance certes, une bonne et heureuse année 2022.

JPC